Argentine #3 – Quebrada de las Conchas

C’est parti pour la première excursion vers la quebrada de las Conchas, au sud de Salta. Le terme « quebrada » signifie canyon, pour votre info. Première étape villageoise à Cafayate, réputée pour ses vignobles d’exception.

Le départ à 7h du matin pique et est laborieux. Le guide ne vient pas nous chercher, tout simplement. Arrive un deuxième guide qui ne parle pas anglais (tant mieux) mais qui n’a pas l’air plus réveillé que nous et dont le débit dépasse nos attentes. Nos noms sont méconnaissables mais c’est bien nous sur la liste. On s’engouffre dans le mini-van qui sautille au moindre caillou (et il y en aura beaucoup sur le chemin).

conchas4_argentina

Arrivés aux abords de la montagne, nous passons par Alemania, ancien village aux tendances hippies. Puis les arbres disparaissent pour laisser place aux montagnes rouge flamboyant. Les couleurs sont dues aux sédiments présents dans la roche (« gravé dans la roche » pour les mélomanes).

conchas6_argentinaCanyon, route de Cafayate

Nous nous arrêtons à l’Anfiteatro, immense formation rocheuse reconnue pour son acoustique hors pair. Un guitariste nous pousse d’ailleurs la chansonnette. Puis direction la Garganta del Diablo. Non, pas celle d’Iguazu (mais ça prouve que vous avez suivi). C’est la version desséchée mais tout aussi impressionnante. On s’extasie puis on repart sur la route qui enchaine canyons de toutes les couleurs et formations de toutes les formes. Magnifique.

Argentina_canyon2La Garganta del Diablo

Arrivée aux abords de Cafayate, on s’arrête dans un petit vignoble pour goûter le fameux Torrontes, vin blanc très floral qui depuis hante mes rêves (on se détend, je ne suis pas alcoolique). A Cafayate city (enfin, village), on se balade sous la chaleur et on goûte aux spécialités du coin, nombreuses (maïs, quinoa, tout ça, vous vous rappelez ?).

Argentina_villageCafayate à l’heure de pointe

Point d’orgue de la journée (voire du périple) : en repartant, on s’arrête dans une petite ferme dont les propriétaires élèvent… des lamas ! Les élevages sont communs dans la Cordillère. Du temps des Incas, le lama jouait un rôle essentiel dans la société. Bien adapté à l’altitude, il est aujourd’hui élevé pour sa laine (son cousin l’alpaga aussi), sa viande (oups) et dans une moindre mesure, pour son aide au transport (l’équivalent de l’âne des Andes). Les 4 ou 5 bêtes mastiquent paisiblement leur maïs dans la vallée lorsque nous débarquons. Elles n’ont pas l’air folles de joie de nous rencontrer. Fous rires garantis lors de vos essais de selfies. Risque de jet de maïs, voire plus si affinités.

Argentina_lama

Puis retour vers Salta en se délectant des canyons dont les couleurs changent avec le soleil qui baisse. Une journée chargée avec beaucoup de voiture, mais qu’on pourrait prolonger trois jours de plus (enfin, s’il y avait douche, lit et tout le bazar).

Next : la quebrada de Humahuaca, classée à l’Unesco.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s