La comida argentina

En Argentine, si vous n’aimez pas la viande, rasez les murs et faites profil bas. Mais vous le savez déjà puisque vous avez lu mon petit pamphlet (vous avez compris le message).

Viandards, c’est le panard

La pampa n’est pas un mythe. Si vous prenez le bus, bous verrez forcément des hectares de champs ou paissent les bovins, gauchos armés de lassos et chiens surveillant la petite troupe. Il paraitrait qu’il y aurait une sombre histoire d’OGM dans le tas, mais mieux vaut faire abstraction. De la bidoche coûte que coûte (#j’aimelesarcasme) !

gauchos_2_argentineGauchos dans la pampa

Il existe un nombre incalculable de morceaux, qui s’appellent différemment selon… je ne sais quoi d’ailleurs. Difficile de s’y retrouver entre les appellations, les prix, les restaurants…

Par exemple : dans la petite ville d’Iguazu, je suis tombée de ma chaise (figuratif, hein) après avoir goûté aux délices d’un bife de lomo sur le grill. Une tendreté extrême et parfaitement relevée (pour info il est midi, et je songe sérieusement à inventer la téléportation). Mais à Buenos Aires, j’ai eu à faire à une petite coriace bien sèche. Il faut de tout pour faire un monde de bidochons bidochards. Précision utile, les Argentins ont tendance à déguster leurs viandes bien cuites. Mais comme partout, il y a des bons et des mauvais restos (des bons et des mauvais chasseurs, quelqu’un ?). A Iguazu, on est tombé sur une perle qui travaillait très biens ses produits locaux (poisson de rivière grillé, manioc version sucrée, crème de maté….).

viande_argentineBife de lomo, chimichurri et sauce vierge

Le barbecue, prolongement du bras argentin

Les Argentins raffolent des barbecues. Dans les établissements de type auberges de jeunesse, apparts et chambres d’hôtes, vous le verrez à coup sur trôner dans le jardin dehors. L’asado, ces viandes grillées au barbecues à partager entre amis, est une coutume culinaire à ne pas manquer. Au resto, on vous proposera des parilladas, assortiment de différentes viandes à cuire selon votre convenance sur un barbec’ de table.

Argentina_parillaParilladas

Comme la viande est sacrée, elle arrive souvent seule avec sa fidèle sauce chimichurri (ail, persil, huile d’olive). Pour l’accompagnement, vous devrez mettre la main au porte-monnaie et vous contenter de frites plus ou moins bonnes, de manioc (vers Iguazu) ou de courge (eh oui) la plupart du temps. A Salta, on a tout de même trouvé un restaurant végétarien, le choc. On s’est jeté sur le plateau de légumes et quinoa grillés et marinés, une recette bolivienne à tomber. Sachez aussi une chose : les portions sont (très) généreuses dans le pays.

argentina_comida4

Plateau veggie d’inspiration bolivienne

Arrosez le tout d’un bon vin rouge argentin, plutôt corsé (malbec, type bordeaux) et vous serez comblés. Côté blanc, le vin de Torrontes, dans la région de Salta, est déglingos. Pour toute heure, une Quilmes, la bière nationale ou la Salta (vous savez où). Pour l’apéro, les Argentins boivent du Fernet, boisson amère à base de plantes. On ne peut pas plaire à tout le monde (non, je n’ai pas tellement aimé).

Empanadas à gogo

Autre tradition connue par chez nous, les empanadas, ces chaussons chauds fourrés à la viande bien évidemment, mais aussi aux légumes, au maïs, au fromage, au poulet, etc. Ca ne coûte rien, ça se trouve partout, et c’est bon !

Argentina_fourFour à empanadas

La cuisine des montagnes

Ne cherchez pas la raclette ! Dans la région de Salta, la cuisine est plus relevée que dans les Alpes, et plus encore que dans le reste de l’Argentine. On y trouve du quinoa, lama (sorry brave bête) et surtout maïs à toutes les sauces, notamment dans l’excellent locro, sorte de soupe épaisse de haricots, maïs et viande.

 

Argentina_pouletChiles rellenos, locro et carcasses de poulet – Cachi

Si vous souhaitez faire une pause barbaque (ne soyez pas gênés), les pâtes et pizzas sont légion en Argentine, dû au nombre d’immigrés italiens. Légèrement différentes de chez nous, vous y trouverez sûrement votre compte.

argentina_comida2Agnolottis

Maté, le passage obligé

Si vous ne goûtez pas au maté, vous pouvez retourner au pays fissa tout penaud. Plus qu’une tradition, c’est une véritable institution. Les Argentins se baladent partout et tout le temps avec leur matos, aucunement pratique : thermos d’eau chaude, yerba maté, l’équivalent d’un thé vert amer, et la mini calebasse à remplir constamment avec sa bombilla, une paille en argent qui empêche le thé de s’infiltrer.

Cette boisson très amère est super prisée. Elle se partage entre amis, ou entre inconnus (chauffeur de bus, guide, vous choisissez, ils ne diront jamais non). Le maté, qui vient des Indiens guaranis, est aussi consommé au Paraguay, en Uruguay, au Brésil…

Le sucre, ce doux ennemi

Côté sucre (et carries), c’est moins varié mais on dépasse largement le seuil des calories autorisées : le dulce de leche, confiture de lait sucrée, se mange à même le pot. Durant notre passage, un affichage dans Buenos Aires proposait un concours pour inventer une nouvelle cuillère adaptée au produit… Vous pourrez également tester les alfajores, sorte de gâteau sec avec une crème (vous savez de quoi) au milieu.

argentina_comida6Sous le pavé (de confiture de coing), le fromage

Bref, la bouffe c’est la vie, et en Argentine vous serez servis !

tortilla_argentine

Ils n’avaient plus de tortilla

 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s