Argentine #1 – Les chutes d’Iguazu : vertigineux !

Comment décrire un tel phénomène de la nature ? Commençons par les faits pour clamer les esprits. Les chutes naturelles d’Iguazu sont situées à la frontière entre l’Argentine et le Brésil, l’Argentine possédant la plupart du site (bien ouej). Ce site naturel classé à l’Unesco est un passage obligatoire qui éveillera tous vos sens (peut-être même le goût si vous avez des mœurs bizarres).

iguazu_2_argentine

Le point de ralliement, c’est la petite bourgade d’Iguazu en Argentine (ou Foz do Iaguzu si vous voulez loger côté brésilien pour faire genre), clairement dédiée au tourisme. Un bon point de chute pour prendre le bus et se rendre des deux côtés du parc. Le site est composé de plus de 250 cascades en tous genres, il y a donc de quoi faire. Restez au moins 3 nuits pour apprécier pleinement. Prenez un logement avec piscine pour vous détendre après les journées de marche.

Je vous conseille de commencer par le site brésilien, plus petit et qui donne une vue plus globale des chutes. Une demi-journée devrait faire l’affaire. Le chemin se termine face à la majestueuse cascade Garganta del Diablo (gorge du diable, pas flippant pour un sou), chute la plus haute du parc avec près de 90 mètres de hauteur.

L’entrée du parc est payante (de chaque côté) et pas qu’un peu, mais pour préserver un si beau spectacle qu’importe !

Si vous partez hors saison, vous aurez beaucoup de touristes , mais plutôt argentins et brésiliens, ce qui est quand même plus sympa. Je vous recommande fin novembre, le printemps de ce côté de l’hémisphère.

Argentina_iguazu2OSS 117 s’est battu ici.

Prévoyez un petit vêtement à déposer sur le corps ou sur votre tête c’est selon : sur certains pontons, on fait corps avec la nature (comprenez, trempé) ; sur d’autres, on frôle coup de chaud, températures élevées et moiteur de rigueur.

Que voir dans le parc ? De l’eau, certes, mais aussi une faune et une flore abondantes. Côté bestioles, les oiseaux et papillons de toutes sortes sont un beau spectacle face aux chutes. Vous aurez peut-être la chance de voir des toucans, cet oiseau si particulier au cri de cochon (oui, c’est étrange). Partez tôt pour voir plus d’animaux – et moins d’êtres humains.

15622579_10154257204737099_5839291926334772543_n

Côté mammifères, les singes et les coatis, cette espèce de raton-laveur, ne sont pas farouches. Attention quand vous sortez de la nourriture, là on lâche carrément les chiens (enfin les coatis). Ne leur donnez pas à manger, évidemment, au risque de perturber leurs habitudes et de les anéantir à jamais (vous êtes prévenus). Au programme pour les plus chanceux : ocelot, tapir, caïman, you name it !

Après le Brésil, passez du côté obscur argentin pour faire randos et activités au pied des monstres d’eau. Une journée au minimum pour vraiment s’imprégner des lieux. Côté Vous pourrez surplomber la Garganta del Diablo, oui encore elle, mais sous un autre angle.

iguazu_5Les chutes côté argentin

La vue époustouflante à chaque pas, le bruit assourdissant des courants au fur et à mesure que l’on s’approche, les cris des animaux, le calme quasi-religieux après (ou avant) la tempête en font une expérience incroyable.

iguazu_7

Pas besoin d’épiloguer, à vivre absolument !

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s