Québec aventure : la Mauricie

La Mauricie est le dernier des parcs du périple, et aussi mon gros coup de cœur. A deux heures de Québec et de Montréal, c’est le Canada comme on se l’imagine : rencontre mémorable avec l’ours (prochain billet), paysages de bout du monde et l’air du vent de Pocahontas.

P1310770John Smith n’est pas loin

La routine commence à s’installer : accueil, chalet, ours, rando, kayak. Oui, deux intrus se sont glissés dans la phrase, saurez-vous les reconnaitre ? (souvenirs de cahiers de vacances). Pour le final, on a visé plus grand : on dort chez l’habitant, Eric, qui va nous faire accéder aux ours tant attendus. Mais gardons cela pour le prochain billet.

Pour l’heure, une première rando magnifique, un trail easy et un landscape de folie (quoi, il y a trop d’anglais ? ) : vue sur le lac Wapizagonke. Là, je me prends vraiment pour Pocahontas et je commence à chantonner ma chanson préférée (vous l’aurez compris, l’air du vent). Avec plus de 150 lacs dans le parc, les étendues d’eau semblent infinies.

P1310785Disney-style, non ? (ou plutôt l’inverse)

L’après-midi, on se paye une séance de kayak individuel (parce que le kayak à deux, c’est sympa mais il y en souvent un qui se la coule douce – en l’occurrence moi).

Challenge accepté, on prend la pagaie et on coule des jours heureux dans cet environnement majestueux, jusqu’à… Oui, je peux être poissarde à mes heures perdues. Au beau milieu de l’eau et plutôt seule – car avouons-le, je parle plus que je ne rame, es autres m’ont donc distancée – j’aperçois soudain une ombre à mes pieds. Qui bouge. Qui saute. Et qui n’est autre qu’une saleté de crapaud ! Quand lui et sa peau visqueuse se jettent sur mes pieds nus, c’en est fini. Par réflexe, je hurle et sors du kayak, ou plutôt je me tiens en suspension dans un équilibre plus que fébrile. Il ne peut pas sortir car il est bloqué au fond (qui a dit que les crapauds étaient intelligents ?).

DSCF2023Le lieu du crime

J’attends le retour de mes acolytes, qui rament dur, effrayés par mes cris. Ils finissent par sortir (gentiment) la bête. Et rient beaucoup.

DSCF2034

Le drame passé, on file sur le banc de sable le plus proche pour que je m’échappe du lieu du crime. Et on échange de kayak : je mise sur celui qui est ouvert et donc sans risques.

P1310817

La balade aquatique fait place à la balade terrestre, à la recherche de l’écureuil sauvage et de ses comparses.

P1310761Choupinou

Je me réconcilie avec la nature quand je vois ces adorables créatures (#teamsquirrel). Sur le chemin, je suis tombée sur la famille de l’animal vert. La grenouille, probablement sa cousine, me narguait avec des yeux accusateurs. Il n’y avait pas de place pour deux sur ce bout de plastique jaune. Sorry baby.

GrenouilleTu me cherches ?

Parenthèse gluante mise à part, le parc de la Mauricie est d’une splendeur et d’une nature à couper le souffle. Le clou du spectacle au prochain épisode.

Publicités

Un commentaire

  1. […] Le parc de la Mauricie est un des nombreux parcs nationaux du Québec et le dernier de notre périple. Objectif : battre le fer avec l’ours noir du Canada (façon de parler). L’ours noir est bien portant puisqu’on en trouverait des milliers dans la seule région du Québec. Nos chances d’en voir – ou d’y rester – augmentent à vue d’œil. […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s