L.A. woman

On termine notre périple depuis San Francisco, ville bohème et high tech, par Los Angeles, cité des anges et ville du rêve à l’américaine. On part donc à l’assaut des fameuses collines et son D mal placé (ça m’a toujours angoissé).

La réponse D

A L.A., ce qu’on veut voir, c’est la paillette et la star. On file donc sur Hollywood Boulevard et ses trottoirs étoilés à la recherche du chanteur ou de l’actrice de nos cœurs (oui, je puise mon inspiration de mon adolescence Star Club &co). Une sorte de musée de la star à ciel ouvert. Mais qu’est ce qu’une star ? (je ramasse les copies dans quatre heures).

hollywood starsRichard Robert Sherman – studios Disney

En déambulant sur les étoiles qu’on piétine avec un malin plaisir, comme une revanche personnelle sur les glorious people, on arrive au Chinese Theater, célèbre théâtre devant lequel de nombreuses célébrités ont laissé leurs empreintes dans le bitume – une sorte d’étoile pour ceux qui n’en auraient pas eu ?

Sur ce boulevard, on trouve en vrac un musée de cire, les plus grosses parts de pizza que j’ai jamais mangées (et aux États-Unis, les quantités sont généreuses), des statues d’Elvis grandeur nature, des oscars attrape-touristes du genre meilleur boulanger et un musée des curiosités. On rigole, mais le côté chic s’est soudain envolé pour laisser la place au cheap. That’s L.A. baby.

Chinese Theater

C’est la foire à la saucisse (glam’ la saucisse) sur cette artère. On y voit des touristes tongs-casquette-bermuda (un classique) côtoyer des limousines, des extravagants côtoyer des extravagants… dont c’est le métier. Des Mickael Jackson, des Buzz et des Mickey en pagaille, faites votre choix !

Mickael revival

Berverly Hills 90210

Brandon & Brenda, Dylan & Kelly… Si ces noms ne vous évoquent rien, alors vous êtes trop jeunes, trop vieux… ou trop pas 90s (vous ne savez pas ce que vous ratez). Rien qu’à écrire ces mots, j’ai le générique en tête de cette série mythique de mon adolescence. Les déboires de la jeunesse dorée (on est sur plusieurs couches d’or à ce niveau) de Los Angeles et son quartier friqué.

Shopping mall de Berverly Hills

Dans notre frénétique poursuite de la paillette, on part donc en territoire superstar. Première déconfiture, on nous conseille de passer par des tours organisés ou d’acheter des « cartes à stars » (la version google maps pour VIP). On décide d’y aller sans filet et avec notre voiture et on part sur les hauteurs de la ville. C’est le fail.

Même les palmiers ont la ligne à Beverly Hills

Deuxième déconfiture, le quartier n’est pas du tout fait pour s’y balader à pied. Ah bon ? Les villes américaines ne sont pas faites pour les jambes humaines, alors un quartier ultra sécurisé… Il n’y a pas vraiment de trottoir, seulement un serpentin entre les hauts palmiers et on ne peut bien sur pas s’arrêter devant les maisons – qui sont de toutes façons protégées par des murs ou portails de plusieurs mètres de haut. Oh well.

Sunset Boulevard

On finit notre petit tour par la descente du mythique Sunset Boulevard et ses magnifiques jacarandas (compte double au scrabble). Toujours à Beverly Hills, on y trouve des bars, des magasins chics et un peu plus de vie que sur les collines.

Downtown L.A.

 So long California, we were a fun and beautiful ride !

Et vous la Californie, ça vous évoque quoi ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s