Japon#7 – Arashiyama

Vous aimez les bambous et les singes ? A Arashiyama, dans la banlieue de Kyoto, vous aurez les deux pour le prix d’un ! Top kawai.

Arashiyama_Japon

On est à Arashiyama en un coup de train. L’endroit est nature à fond (si on fait abstraction de la petite ville-tourisme, oui un nouveau combo). Une fois la rivière enjambée (à l’aide d’un pont tout de même), on découvre un monde où la nature semble encore préservée. On choisit de venir tôt le matin, il y a encore peu de monde.

Bambouseraie_JaponLa bambouseraie

La bambouseraie dans les montagnes est un lieu magique. Une forêt de bambous de plus de 10 m de haut, c’est très impressionnant. On guetterait presque le panda. Un photographe est venu avec son modèle. Au détour d’un chemin, on découvre un temple, là quelques maisons pavillonnaires au pied de la montagne.

Le parc à singes

Singe_Arashiyama_JaponTu veux ma photo ?

Mais passons aux choses sérieuses. Pour les animal lovers comme moi, la réserve naturelle de cette partie du Japon est assez exceptionnelle. Quelque 200 macaques, de moins en moins nombreux dans l’archipel, y vivent en liberté, seulement surveillés et soignés si besoin par quelques gardiens.

Singe_JaponSinge en méditation #1

Les singes sont sauvages et on nous met en garde :
Ne jamais les toucher et surtout, ne JAMAIS croiser leur regard.

On se sent moyennement rassurés. Mais, on n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace (trop tentant). Je sais y faire avec les bêtes, tout se passe donc bien. En revanche, un gosse un peu trop sur de lui s’est vu arracher du sol, à grands renforts de cris, par des gardes champêtres sur-paniqués parce qu’il s’approchait un peu trop près d’un macaque – certes, à l’air pas très joisse.

Singe_Arashiyama_JaponSinge en méditation #2

Les singes sont des êtres fascinants et leurs comportements sont étonnement proches de l’homme. On se prend à les observer se chamailler, se faire des massages et monter sur une veille moto (pour le démarrage, on repassera). La vie d’un singe, c’est plutôt cool. Comme le disait le Roi Louie (non pas Louis XIV) dans le Livre de la Jungle ♫ ♩ I’m the king of the jungle ♩ ♩♬.
Ici, c’est leur domaine : ce sont les hommes qui sont en cage s’ils veulent leur donner à manger.

P1380203

Belle ironie du sort que d’enfermer ceux qui d’habitude mettent les animaux en cage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s