Japon culinaire – Tokyo et le marché aux poissons de Tsujiki

Tokyo ne manque pas de superlatifs, et ses marchés n’y coupent pas. Le marché de Tsukiji est le plus grand marché de poissons au monde. Situé au sud de la capitale, c’est une expérience joyeuse et chaotique à vivre une fois dans sa vie.

Les caisses s’amoncèlent à l’extérieur du marché

La criée au thon

En tant qu’inventeurs des sushis, les Japonais mangent énormément de poisson, vous l’aurez compris. Le thon est un des produits les plus consommés de l’archipel, soit quelques milliers de tonnes par an. Et pour voir ce beau bestiau vendu durant la célèbre criée au thon, il faut venir tôt, très tôt. La criée démarre à 5h, mais apparemment c’est une expérience unique dans une vie.

Je dis apparemment, car nous n’avons pas assisté à ces enchères des fonds sous-marins. Deux raisons à cela (l’une prévaut sur l’autre, je vous laisse deviner) : premièrement, la criée n’a pas lieu tous les jours ; deuxièmement, il est vivement conseillé de venir dès 4h, voire de dormir sur place pour espérer figurer dans le groupe très sélect des 100 (or so). Étant donné que c’était notre premier jour, on s’est dit qu’un bon lit (ou plutôt sa version japonaise, le futon) c’était tout de même mieux qu’un poisson.

Poissons séchés

Sushis or not sushis ?

Décalage horaire en pleine action tout de même, nous nous sommes gentiment réveillés vers 5h. En prenant notre temps, on arrive au marché à 7h, pas très frais (contrairement au poisson) mais sous un soleil déjà très agréable. Le marché de gros n’étant pas encore ouvert, nous avons fait un tour dans les restaurants à sushis du marché extérieur, déjà très prisés à cette heure. Pas très envie de poisson cru aussi tôt, alors on traîne devant les étals… Et on finit par prendre des roulés d’omelette à la sauce soja et des croquettes de poissons sur le pouce (assez bizarre d’ailleurs). On n’a pas résisté devant cette abondance. Ah la faiblesse de l’homme – et sa gourmandise.

Charrettes et autres élévateurs : attention aux pieds !

Marché extérieur

Le marché extérieur (qui est en fait l’extérieur du marché) est envahi de mini-camions, charriots élévateurs et autres machines de guerre. Les hommes qui dirigent ces machines sont là pour travailler et ne comptent pas ralentir la cadence pour quelques touristes peu précautionneux. J’ai donc failli me faire écraser plusieurs fois. Leurs klaxons tonitruants et le vacarme des poissons déchargés, entreposés puis vendus créent une atmosphère joyeusement bordélique. Un vrai marché quoi !

Le marché des grossistes. Les poissons exposés sont des vrais.

Marché de gros

Au marché des grossistes, ouvert de 9h à 11h, les poissons sont généralement toujours vivants et dans des boites en polystyrène. On y trouve près de 400 espèces, et parmi elles, certains crustacés et poissons dont on ne soupçonne pas l’existence. Effrayant.

Quel est l’intrus ?

Je vous fais grâce des images d’énormes thons coupés en deux avec du sang partout. C’est aussi ça le marché. A la place, un charmant poisson non identifié (et non pas mon pouce, comme on me l’a affirmé).

Ceci est un poisson

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s