Les rāmen et les nouilles au Japon

Tout le monde a vu au moins une fois Sangoku manger ses rāmen à la vitesse du Shinkansen. Ou Naruto – si la réponse est non, révisez vos classiques. Bref, les rāmen, ces longues nouilles dans un bol de bouillon avec une garniture déclinable à l’infini, sont l’emblème de la cuisine japonaise.

plats_JaponRāmen, tonkastu et curry rice… en plastique bien sur

Ne ratez pas les restaurants à rāmen. Dans certains de ces petits restaurants « de passage », vous rencontrerez surtout des hommes seuls en costume avec leur mallette, qui viennent pour se « remplir », en 15 minutes chrono en main. Dans ce genre d’endroit, on s’amuse à choisir et payer à l’avance sur une petite machine. Comme un distributeur automatique, on tape sur l’image qui nous donne envie, on paie et on obtient, non pas le bol, mais le ticket pour aller le récupérer. Et bien sur, pour être parfaitement dans l’ambiance, on écoute avec délectation les slurp bruyants. Et perturbants (voir les quelques règles au Japon dans mon précédent billet).

Les rāmen sont un délice. Le bouillon, bien que plutôt salé, est assez subtil et toujours un peu pimenté. Rajoutez un saké là-dessus et c’est les joues rouges assurées ! A noter que les rāmen sont d’origine chinoise.

Vous pouvez parfois choisir d’autres nouilles : udon (mes préférées), nouilles blanches épaisses et tendres à base de blé, ou soba, à base de sarrasin, plus fines. Ce sont les pâtes les plus consommées au Japon.

Nouilles froides

Premier rāmen, première surprise : cette chose rose et blanche, qui est un élément de déco à base de poisson (ça se mange hein), me rappelle vaguement quelque chose. Quand j’apprends que ça s’appelle un narutomaki, ça fait tilt. C’est le symbole qui est représenté sur le bandana de Naruto (oui, je sais, ça n’a pas l’air exceptionnel mais pour moi c’est quelque chose) ! Il est fan de rāmen , tout s’explique. Un mystère de moins dans cette vie obscure.

Bol de rāmen, et narutomaki au milieu

Donc, narutomaki mis à part, on a un bouillon souvent à base de viande, poisson ou miso, des pâtes à rāmen et une garniture variée, souvent à base d’oignons verts et de pousses de soja (miam).

A Fukuyama, on a testé un petit resto de rāmen un peu spéciaux. Des rāmen au collagène plus exactement, qui fond au fur et à mesure et donne au bouillon une épaisseur très intéressante. Voir une bonne grosse tête de cochon fondre, c’est plutôt marrant.

Rāmen au collagène

Avec les rāmen, on mange pour pas cher, on fait des slurp et on se régale !

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s