Mexico#3 – L’artisanat de Tonalá et Tlaquepaque

Vous arrivez à la fin de votre voyage au Mexique et vous n’avez encore rien acheté ?! Pas de panique, allons faire un tour à Tonalá et Tlaquepaque, où les marchés et l’artisanat local n’attendent que vous.

First, Tonalá (choix totalement arbitraire).
A une trentaine de minutes de Guadalajara, la ville artisanale possède de nombreux ateliers qui ont pignon sur rue. En vous baladant, vous pouvez donc admirer l’art du fer forgé, de la boiserie ou de la poterie sans débourser un peso. Deux fois par semaine le marché s’ouvre sur la rue, ce qui devient joyeusement chaotique.

Tonala_marché_MexiqueFin de marché à Tonalá

A Tonalá vous trouverez de tout : meubles, vaisselle, bijoux, lustres, vêtements, fleurs, personnages de la nativité (on ne rigole pas avec Noël en terre catholique) et j’en passe… Les prix sont imbattables, vous pouvez ramener des perles pour une bouchée de pain. La place dans la valise, ça c’est autre chose.

Qui dit artisanal dit produits faits main, ne vous attendez donc pas à des objets parfaits et identiques les uns aux autres comme en grandes surfaces. Chaque pièce est unique et c’est ce qui fait tout leur charme.

Tonala_Mexique                              Tags de rue à Tonalá

On passe facilement un après-midi à arpenter les rues. Pour ma part et par manque de bras, j’ai acheté :
– des récipients en terre cuite que l’on trouve dans tous les restaurants
– des verres à shooter de tequila (les vrais, avec le trait bleu en haut)
– des bracelets en tissu
– des écharpes traditionnelles
– des vêtements traditionnels (de type chemisier très coloré, une merveille)
– des têtes de mort pour toute la famille

Hein ? Des têtes de mort ? (Oui, l’effet théâtral par écrit, c’est compliqué).

Tonala_marché_Mexique

Petite pause culturelle :
Vous n’êtes pas sans savoir qu’au Mexique, la fête des morts (el dia de los muertos, notre Toussaint nationale) revêt une importance capitale. Sur trois jours, le Mexique pleure, mais aussi célèbre, ses disparus. Dans plusieurs villes, des festivals et défilés sont organisés. A la maison, on érige un autel pour le défunt avec une photo et ses objets préférés pour l’honorer. La calavera (tête de mort) est un symbole de cette fête, on en trouve partout et sous toutes les formes. Halloween et la Toussaint n’ont qu’à bien se tenir, le Mexique sait rendre hommage à ses défunts.

Tlaquepaque

Pour le côté marché, c’est fait. Direction Tlaquepaque, toujours en banlieue proche de Guadalajara, pour découvrir un autre aspect de l’artisanat.

Eglise_Tlaquepaque_Mexique

Tlaquepaque est très différente de Tonalá. Les rues sont impeccables, le kiosque français (particulièrement apprécié au Mexique) trône fièrement sur sa jolie place, les boutiques sont apprêtées et les galeries fleurissent… Tlaquepaque respire le chic, donc le plus cher. La ville est adorable.

Rodo Padilla, pour ne citer que lui, possède une galerie sur la rue principale. Ce célèbre artiste mexicain est connu pour ses gorditos, des statues joufflues représentant la gentillesse et la joie de vivre des habitants du pays. Je valide !

Padilla_sculpture_MexiqueUn gordito

Les hommes volants

Les produits dans les boutiques sont d’excellente qualité mais forcément plus cher. A Tlaquepaque, tout aussi intéressant de déambuler, visiter quelques galeries et surtout… contempler avec fascination la danza de los voladores. Le pitch : des mecs qui sautent d’un poteau. Blague à part, quelle chance d’avoir assisté à ce spectacle ! Tradition ancestrale, les hommes volants se passent oralement (et physiquement, entraînement oblige) leur savoir-faire de génération en génération. La danse des hommes volants est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

danza_voladores_MexiqueLes hommes volants se préparent à la nuit tombée

La cérémonie remonte à des temps immémoriaux, lorsque les hommes demandaient aux dieux de stopper la sécheresse. Un rituel historique donc, qui perdure aujourd’hui (avec quelques difficultés). Les hommes installent d’abord un poteau de 30 mètres de haut. Vêtus de la tenue traditionnelle, ils dansent ensuite autour du poteau pendant qu’un des leurs joue de la flûte.

>danza_voladores_Mexique

Puis ils montent tout en haut de ce poteau et s’attachent avec des cordes, pendant que l’homme à la flûte continue son air envoûtant debout…  à 30 mètres de haut ! Après 10 minutes d’encordage et quelques frayeurs (pour moi seulement, les gars assurent), ils s’élancent dans le vide en tournoyant jusqu’à l’atterrissage.

A la fin du show, nous sommes allées voir un des hommes. Il nous apprend qu’ils sont itinérants et qu’ils viennent de l’Etat de Veracruz, d’où la danse serait originaire. Inquiet, il voulait savoir s’il avait fait une bonne performance et voulait voir nos photos.

Qué padre, de belles journées sur les marchés !

Publicités

4 commentaires

    • Je te le conseille, moi j’ai adoré! C’était ma première fois en Amérique du Sud, tu y es déjà allée ?
      Le Yucatan dans le sud du pays est souvent la région privilégiée des touristes, mais il y a bien d’autres choses à voir. Je ne peux que te parler de la région centre-ouest, où tu peux découvrir les plages, la montagne, l’immense ville de Guada, la ville de Tequila (dans mon prochain billet)… Si tu as besoin d’infos, n’hésite pas !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s