L’Écosse mystérieuse et fascinante

       Pour un long weekend, une semaine, voire plus si affinités (et croyez-moi il y en aura), choisissez la mystérieuse, l’envoûtante, l’indépendantiste, j’ai nommé l’Écosse.

J’avais envie de visiter cette région si particulière du Royaume-Uni, avec ses velléités de liberté, auxquelles nous autres Bretons n’avons pas toujours été étrangers, mais aussi ses kilts si fièrement portés, son whisky réputé et son atmosphère unique.

Première étape, Édimbourg : le trajet n’était pas des plus commodes. Après 10 heures de bus en partance de Londres (mauvais choix), une nuit blanche et un vomi d’un charmant individu plus tard, la fatigue jusqu’aux yeux, nous arrivons dans la capitale écossaise. Si vous êtes baroudeurs à petit budget, les prix sont imbattables : autour 45£ le voyage de nuit avec Megabus, et même 20£ en pleine journée ! Si en revanche vous avez plus de moyens, je vous conseille le bon vieil avion.

Édimbourg by night

Édimbourg et la littérature, propice à l’imaginaire

L’Écosse a vu naître de nombreux écrivains, et c’est ce qui donne cette ambiance si particulière à la ville. Saviez-vous que Sir Arthur Conan Doyle, l’auteur du très British détective privé Sherlock Holmes, était… Écossais ? Eh bien moi non plus.
Avec ses façades gothiques noircies par le temps, le charme brut de l’Écosse, et surtout d’Édimbourg, nous rappelle ces romans d’aventures aux ruelles sombres. On croirait presque apercevoir le docteur Jekyll, ou ne serait-ce pas Mr. Hyde ? Vous avez compris, Stevenson est aussi un pur produit écossais. Je ne citerai pas les dizaines d’autres écrivains comme Walter Scott, un des pionniers de la littérature écossaise, Robert Burns & co. Je vous conseille d’ailleurs le minuscule musée caché entre deux bâtiments de style victorien, pour des histoires en pagaille sur ces hommes de lettres (voir en bas de page).

Ah j’oubliais, un dernier auteur tout de même, et de taille. C’est dans les cafés de la cité qu’une certaine J.K. Rowling a écrit la saga Harry Potter (ça claque hein).

                                                      Cimetière écossais

Pour les backpackers sans trop de budget, laissez-vous tenter par un de ces free tours (gratuit donc, pour ceux qui auraient un doute), qui regorgent d’anecdotes sur la ville. Le tour vous fait découvrir la ville et ses monuments au travers d’histoires incroyables mais vraies, et le tout… pour rien du tout ! Si bien qu’on a tous donné quelque chose. Ah l’économie moderne.

Vous passerez bien sûr par le magnifique château qui surplombe la ville, en haut de la colline, pour admirer la vue et en savoir plus sur l’histoire de la région ; puis en chemin vers la distillerie de whisky du centre (évidemment !), vous ne pourrez pas rater l’immense sculpture en hommage à Walter Scott.

146Imposant, l’hommage à Sir Walter Scott !

Inverness et Loch Ness

Pour compléter le tableau d’une Écosse déjà très convaincante, partons sur les routes en direction des terres sauvages, à la recherche de la grosse bébête du Loch Ness. Un célèbre mythe de plus au compteur qui entretient le mystère de la région.

Direction Inverness, à environ 4h de bus au nord d’Édimbourg, notre point d’ancrage pour explorer la région et ses lacs alentours. Un petit road trip est la meilleure manière de se perdre avec bonheur (et on conduit à gauche pour pimenter cette aventure) dans l’immensité de ces paysages sublimes où le calme est de mise (vive la poésie). En plein mois de juin, il suffit de prendre les routes de montagne et quitter les collines verdoyantes pour trouver de la neige. Des endroits sauvages propices à la réflexion, où on imagine bien un de ces écrivains d’Édimbourg en recherche d’inspiration pour son prochain roman sur l’essence de l’identité écossaise (parallèle très subtil avec Rousseau et ses Rêveries du promeneur solitaire ; oui rien que ça).

Le long du Loch

Et nous avons trouvé, non pas le monstre, mais bien le Loch ! Pour votre culture personnelle (parce que c’est je me soucie de toi, lecteur), Loch veut dire lac en gaélique écossais. Tout simplement ! Une petite brume, une fine couche de glace sur le lac au loin, il n’en faut pas plus pour nous imprégner de cette aura unique. Les paysages aux mille et une facettes sont comme remodelés par le temps (qui est changeant lui aussi). Seuls quelques canards en famille nous accompagnent.

Le Loch Ness dans toute sa splendeur

Pendant quelques jours, nous parcourons les routes au gré du vent et des paysages. Puis une halte aux ruines du château d’Urquhart, datant du XIIIe siècle, sur les rives du lac. C’est une vision d’ensemble très impressionnante. Cette nature ponctuée de châteaux, on pense à 007 dans Skyfall, la chasse à l’homme en moins.

Urquhart Castle

Et pour ceux qui m’auront lue en entier (bravo) ou ceux qui vont juste scroller tout en bas (pas bravo), petit aperçu global en diaporama !

Merci l’Écosse, on reviendra, for sure!


Quelques adresses :

Edimbourg :
Megabus
Castlehill, Edinburgh (le château)
The Writers’ Museum, Lady Stair’s House, Lady Stair’s Close, Lawnmarket (musée des écrivains)
– The Scotch Whisky Experience, 354 Castlehill, The Royal Mile, Edinburgh
Free tours

Inverness :
Urquhart CastleDrumnadrochit, Inverness, Inverness-shire


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s